Prendre soin de son chez soi, où que nous soyons 

Ce confinement planétaire pourrait presque s’apparenter à une grande retraite chez soi, plus ou moins calme et silencieuse en fonction du contexte de chacun. Se poser, prendre du recul par rapport aux évènements et lâcher prise nous semble au moins aussi important voire plus en ce moment. 

 

Nos retraites au Point de ...Chut offrent un moment privilégié pour se délester de nos sollicitations quotidiennes, pour se reconnecter à soi-même, afin d’écouter nos élans, nos besoins et lâcher ce qui n’a plus lieu d’être. Aussi, plutôt que de chercher à ajouter des choses à votre quotidien, notre proposition est de faire avec ce qui est là, de vous inviter à prendre des moments d’écoute intérieure pour observer ce qui se passe, de discerner ce qui est vraiment important pour vous et de vous délester de ce qui n’est pas essentiel. 

S’offrir l’opportunité d’observer nos réactions, sans jugement

S’offrir l’opportunité d’observer nos réactions, sans jugement

 

Cette situation inédite est une opportunité pour observer nos réactions face à la peur,  à l’incertitude voire au sentiment de chaos. 

On peut se demander : quelle relation suis-je en train d’entretenir avec la peur, l’incertitude, le chaos ? Est-ce que je cherche à tout prix à continuer les mêmes habitudes, les mêmes routines ? Comment suis-je face à la nouveauté ?

Il y a 3 réactions possibles:

1/ je résiste, je lutte contre une situation pour laquelle je n’ai pas le contrôle ce qui va me demander beaucoup d’énergie, augmenter mon stress et sans doute me mener à l’épuisement,

2/ je subis, je me victimise ce qui va donner lieu à une perte d’élan, des émotions négatives et une difficulté à envisager de se mettre en mouvement,

3/ je tente d'accueillir, d’accepter, ce qui va me permettre de continuer à avancer, à construire un futur qui me convient, à tirer des apprentissages et ressortir grandi.e et plus résilient.e. 

S’offrir un temps pour écouter son murmure intérieur

S’offrir un temps pour écouter son murmure intérieur

 

Accordez-vous, une fois par jour si vous le pouvez, un moment d’isolement même court pour observer comment va votre corps, comment vont vos émotions, comment est votre esprit. 

Le mode par défaut de notre esprit est de produire tout un tas de pensées.  Plus de 60% du temps nous ne sommes pas conscient de notre dialogue intérieur or celui-ci n’est pas toujours très aidant, surtout en cette période de crise où les projections vers un futur angoissant peuvent s’y donner à coeur joie ! Il est donc utile de prendre conscience de notre dialogue intérieur pour ne pas s’y attacher.

Faire l'expérience

de la déconnexion

Faire l'expérience

de la déconnexion

 

Offrez-vous la possibilité de couper votre téléphone pendant une ½ journée voire une journée. Pour beaucoup, la connexion digitale a énormément augmenté ces derniers jours, alors l’expérience de la déconnexion peut être une vraie bouffée d’oxygène et un temps sans distractions. Prévenez votre entourage, éventuellement invitez ceux avec qui vous vivez à faire pareil, pour une expérience à vivre en commun. Là encore, observez quelle différence cela fait à votre esprit, vos humeurs, votre intériorité, sans jugement.

S’émerveiller de petites choses

S’émerveiller de

petites choses

 

Notre espace d’émerveillement est réduit et en même temps il suffit de petites choses pour s’émerveiller.

Observez ce qui dans votre intérieur peut être une source d’émerveillement. Un objet qui vous regardez peu souvent, les feuilles d’une de vos plantes, le confort d’un fauteuil, la vue d’une de vos fenêtres. Comme le dit Christophe André “voir l'extraordinaire dans l'ordinaire”.

Goûter au silence extérieur,

à la vie avec nos 5 sens

Goûter au silence extérieur,

à la vie avec nos 5 sens

 

Alors que le brouhaha extérieur s’est largement réduit, il est possible d’entendre des sons habituellement étouffés et de goûter à des instants de silence. 

Lors de vos courtes sorties, écoutez les oiseaux, remarquez la nature qui s’éveille avec l’arrivée du printemps (un brin d’herbe qui verdit, des bourgeons qui commencent à s’ouvrir, les fleurs déjà épanouies). Remarquez des petits détails que vous n’aviez peut être jamais observés auparavant, voyez en quoi chaque sortie qui peut sembler identique a une saveur finalement différente (la couleur du ciel, la température, le vent, les sons, la luminosité, les odeurs), sentez le mouvement de vos jambes, de vos pieds qui touchent le sol, prenez un temps pour observer comment vous vous sentez de retour chez vous. 

Et si vous ne sortez pas, ouvrez votre fenêtre, sentez la température de l’air, contemplez le ciel (sa couleur, ses variations), notez les odeurs, écoutez les quelques bruits environnants, proches et lointains

Manger en pleine conscience

Manger en pleine conscience

 

Un repas peut être une merveilleuse occasion d’être au contact de nos 5 sens et d'entraîner notre esprit à être pleinement présent et attentif. Lors d’un de vos repas, idéalement en silence, prenez un moment pour observer les couleurs, les textures, les formes, les odeurs avant de commencer à manger votre plat. Prenez votre fourchette, sentez son poids, sa température et prenez une première bouchée. N’avalez pas tout de suite, prenez le temps de sentir la texture dans votre bouche et les saveurs qui commencent à se répandre. Soyez conscient.e de chaque mastication et écoutez le son. Lorsque vous avalez votre première bouchée, suivez son trajet et la sensation dans votre corps. Vous pouvez continuer de la sorte pour chaque bouchée en posant votre fourchette entre chacune d'entre elles.